Une réunion du conseil de surveillance de l’Hôpital Louis Jaillon a été sollicitée, d’autant plus importante au vue de la situation actuelle, mais elle a été refusée, notamment par la direction de l’Hôpital.

 

Pour tenir informé néanmoins la population, une réunion a été organisée hier, seuls 4 membres du conseil de surveillance étaient présents. M. Jean-Louis Millet, maire de la ville et président du conseil de surveillance, Francis Lahaut, conseiller municipal, représentant la Communauté de communes, Farid Lagha, représentant le personnel hospitalier et Michel Bailly, représentant les usagers.

 

En préambule de la réunion, Francis Lahaut rendait hommage, avec beaucoup d’émotion, au Dr Loupiac de Lons-le-Saunier, responsable du SMUR, décédé du Covid. «C’est une blessure qui ne se refermera pas. Je l’ai rencontré à Lons-le-Saunier, il soutenait notre comité, nous avions établi une convergence entre Lons et le Haut-Jura. Son décès ne nous affaiblira pas en poursuivant notre combat, il ne fera qu’accroître notre colère».

 

M. Millet remerciait tout le personnel soignant et non soignant qui jouent à eux tous un rôle majeur. Un remerciement aussi pour la population pour sa discipline, c’est une auto discipline phénoménale à 99% même s’il reste quelques irréductibles.

 

«Nous n’arrivons pas à répondre à la population, nous sommes obligés de mendier l’information, je dois interroger le personnel, la direction ne dit rien. La culture du secret de l’ARS. Ce manque de communication entraîne une grande inquiétude des sanclaudiens et sert de terreau aux rumeurs les plus alarmistes. A Dole ou Oyonnax, les maires sont en lien tous les matins avec la direction de leur centre hospitalier. Ce n’est pas la bonne attitude, car lorsqu’on manque d’informations, on a tendance à surdramatiser. Face à ce refus d’informer, les gens pensent que nous  leur cachons des choses, que nous leur cachons des morts. Nous ne demandons pas grand-chose, juste des informations objectives sur la situation… »

 

Francis Lahaut reviendra sur le fait qu’il y a 5 ans, l’hôpital était doté de 4 respirateurs en chirurgie, 1 en salle de réa, 1 en UHCD, 1 au SMUR et aux urgences. «Avec la crise actuelle nous aurions pu prendre des patients en charge, nous avions le personnel ! Le personnel depuis a été asséché, et le nombre de lits est passé de 86 à 57 ! Cette pandémie remet totalement en cause la gouvernance».

 

Farid Lagha en colère !

 

Il évoquera trois déménagements successifs des malades qui sont autant de transferts de virus, «personne n’a consulté même au-delà des syndicats, le président de la CME, le personnel de l’hygiène, de la sécurité au travail et d’autres interlocuteurs pour mettre une vraie stratégie en place ! Nous avons une «corporatrice» de 4 personnes dont la directrice. Le virus tue, et on expose du personnel au danger, j’ai attiré l’attention de la CHSCT. On expose le personnel et les patients aussi ! Il ne fallait pas que le personnel transite. J’ai demandé l’isolement du  niveau contaminé, il a fallu plusieurs jours pour la mise en place. Nous avons un soignant malade. La circulaire demandait des chambres isolées, pour accroître la capacité, on a doublé des chambres ! Autre ineptie, tous les services sont fermés à clés, nous n’avons pas accès au matériel, cela créé des tensions. Il faut arrêter cette clownerie, la direction est inexistante !»

 

 

Il n’y a plus de pilote dans l’hôpital.

 

GUIDE ÉTÉ 2020

            ÉDITION N° 213             DU 23 JUILLET 2020

MeteoMedia