Si l'on regarde tous les moyens de notre hôpital il y a 5 ans, quand nous avions encore une chirurgie conventionnelle ACTIVE, un personnel qualifié, c'était :

- Matériel : quatre respirateurs dans les salles de bloc, un respirateur en salle de réveil, un respirateur en UHCD (unité d'hospitalisation de courte durée), un respirateur en SMUR, un respirateur aux urgences.

- Personnel : Un infirmier anesthésiste diplômé d'Etat (IADE), un infirmier de bloc opératoire diplômé d'Etat (IBODE), des infirmières spécialisées UHCD capables de prendre en charge des patients intubés. Quinze personnes et deux médecins anesthésistes par jour.

Face à la crise actuelle, avec tous ces moyens, nous aurions pu prendre en charge au moins quatre patients sous respirateurs en zone de réveil du bloc, zone isolée et protégeant le personnel. Avec un service dédié en sortie de réanimation en chirurgie (personnels, locaux et matériel dédié).

 

Voilà, pourquoi notre combat se poursuit et se poursuivra demain pour la réouverture de nos trois services majeurs, maternité, pédiatrie et chirurgie conventionnelle qui nous fait gravement défaut aujourd'hui.

 


                                                                                                          Le président,
                                                                                                        André JANNET

La commémoration du 76e anniversaire de la rafle de Pâques ne peut se dérouler en raison des mesures de confinement suite à la pandémie du Coronavirus.

Notre journal a une pensée pour tous les sanclaudiens morts en déportation.

Il y a 75 ans, le 9 avril 1944, jour de Pâques, 302 sanclaudiens étaient envoyés en déportation

Au matin, tous les hommes de 18 à 45 ans durent se rendre sur la Place du 9 avril, 302 étaient retenus et déportés.  186 sanclaudiens ne reviendront pas des camps de Buchenwald, Dora, Neuengamme, Hartzungen, Ellrich, Ravensbrück, Sachsenhausen.

Photos de la cérémonie du 75e anniversaire de la commémoration

en 2019 avec la présence de M. le préfet, Richard Vignon.

Ce samedi 11 avril à l’initiative de Francis Lahaut, une cérémonie se déroulait en hommage au résistant Joseph Rouzier « Lâchement abattu par la soldatesque nazie » le 11 avril 1944. Cette année en raison du confinement elle s’est déroulé en tout petit comité.
Des fleurs de cognassier du Japon ont remplacé la gerbe des autres années. Francis Lahaut était en lien par téléphone, avec les descendants de Joseph Rouzier, Roland Jacquet et les petites filles de la région lyonnaise.

 

Cérémonie simple, le principal était d’être présent, ne pas oublier.

 

 

                                                                                                    D. Piazzolla

 

ÉDITION DU 28 MAI

2020

MeteoMedia